Dépareillés / Oddments

playdate2

Elle a 5 ans. Elle veut principalement des robes et en choisir les tissus. A coup de fourberies, cajoleries et autres dissimulations, j’arrive à imposer un coupon de coton à pois Petit Pan et une laine mélangée bleue. La dentelle ne pose pas de problème et est acceptée sans sourciller. “Ca fait fille”: 1 point partout. Le patron est choisi parmi les Oliver + S que j’ai en stock. Va pour la Playdate dress!

Ne pas crier victoire trop vite quand même… Comment assurer à coup sûr le succès de la dite robe? Il faudrait trouver un truc, en quelque sorte manipuler l’enfant pour qu’elle adore la tenue à coup sûr. D’un coup on se souvient qu’elle a 5 ans et qu’elle aime les boutons. Avec des formes et de la couleur por favor. Mais surtout dépareillés les boutons siouplaît.  Au diable l’harmonie chromatique! Pour donner toutes ses chances à la robette, on se décide à coudre des petits boutons tous différents. Bye bye la série de petits boutons de nacre blancs, so vintage, si mignons. Monsieur Daruma s’interroge : “c’est quoi cette embrouillamini de boutons, là, devant, c’est moche, non?”

En général, on appelle ça de la démagogie, Monsieur Daruma.

playdateenpied

She is 5 and she likes dresses most. She also wants to choose the fabric involved in the dress making. With much treachery, coaxing and dissimilation, i eventually got her consent for the Petit Pan cotton and blue wool. the lace wa no problem: “it’s girly” so it was not an issue. The pattern  was chosen among my stock of Oliver + S: it would be a playdate dress.
But one should not shout for victory too quickly. How could i be absolutly sure the kid would love to wear the dress? I had to find something, manipulate the kid in a subtle way in order to ensure the clothe’s sucess. Suddenly i remembered that she is 5 and that she loves buttons. Different shapes and different colours preferably. In short, odd.  The devil take chromatic harmony! In the end i sewed four different buttons on the yoke. Mister Daruma, rather puzzled asked : “what’s this jumble of buttons on the front?”

Well, Mister Daruma, i’d call it demagogy.

IMG_1785

Obsession-bouton

Dernière obsession de ce côté : les boutons en tissus. Obsession voire thérapie contre le froid, la déprime hivernale et le stress inhérent à la vie de la femme moderne que je suis. Faut me voir certains soirs, dès l’enfant couchée, me ruer sur ma boîte à boutons à recouvrir, acharnée à en produire à la chaîne par vingtaine. Frénésie de chutes, clip-clap, des boutons encore des boutons. Ne me demandez pas pour quoi faire je n’en sais rien. Apaisant comme une tisane de valériane (beurk), réconfortant comme un chocolat chaud bien épais, satisfaisant parce qu’aussitôt commencé, aussitôt fini (pas comme les tuniques japonaises…). J’ai surmonté ma timidité et avoué ma dépendance hier soir lors d’un dîner  de blogo-copines qui se reconnaîtront et qui m’ont soutenu dans ma folie. Bref, j’ai fait mon coming-out! Du coup, je suis libérée et peux le crier sur les toits: j’ai une addiction aux boutons. C’est grave docteur?

boutonsfolie

Asymétrie bicolore

Vous avez été un certain nombre à craquer pour la jupe de uniform Studio qui fait la couverture du magazine de stitch. J’ai pris mon courage à deux mains, fait une petite révision d’anglais couturesque (facing, hem, interfacing, ease, etc) et me suis lancée à l’attaque de cette jupe asymétrique aux jolis plis boutonnés.

jupe-stitch

Si ça vous tente, sachez que j’ai coupé en taille S mais que j’aurai peut être du la couper en XS (non non ce n’est pas moi qui suis une crevette mais sans doute plutôt nos amies d’outre atlantiques qui font leur poids). Exit les explications sur l’aisance (“ease”) beaucoup trop subtiles pour moi ainsi que le thermocollant pour l’empiècement : restons basique ;o)

Allez, finie la récréation, je retourne à mes cadeaux de noël handmade…