Présentoir à bijoux DIY / DIY Jewelry holder

bijoux1

Ayant récemment goûté aux joies de la perceuse pour la réalisation d’un porte-bobines, j’ai ressorti les mèches à bois et me suis lancée dans un présentoir à bijoux.
Voici le tuto qui vous inspirera peut être le vôtre :

Matériel 

  • une planche de bois aux mesures de votre choix (à trouver et faire découper dans votre magasin de bricolage préféré)
  • du Freezer paper ou papier traiteur
  • du scotch à peinture
  • une image en silhouette imprimée sur une feuille A4
    La mienne est une petite licorne (design par Andrew McKinley sur le site The Noun Project)
    Vous trouverez sur le site The Noun Project des milliers d’icones, la plupart en Licence Creative Commons. C’est une mine pour tous vos projets DIY d’autant que les fichiers sont vectorisés (et que vous pouvez donc les agrandir et rétrécir sans perdre en qualité).
  • un cutter de précision
  • des chevilles en forme de L (habituellement utilisé pour suspendre des cadres aux murs)
  • une poignée de tiroir
  • un crayon, une règle
  • un système d’attache pour la suspension mural
  • de la peinture et un pinceau
    Vous trouverez des mini-doses dans la plupart des magasins de bricolage, à côté des gros pots.
    La peinture en bombe est également très pratique pour les pochoirs. Autre alternative pour de chouettes couleurs, les feutres-peinture.

Il vous faut également un fer à repasser et une perceuse.

bijoux2

Les 4 étapes 

  • Décalquer votre silhouette sur le papier traiteur puis découper la forme au cutter
  • Placer le papier traiteur sur la planche de bois, fixer au fer avec précaution, peindre puis retirer le pochoir.
  • A ce stade le scotch à peinture peut également servir de pochoir pour former des droites.
  • Définir l’emplacement des vis et poignée de tiroir et percer. Visser ensuite sur la planche. C’est terminé!
  • En option, on peut ajouter un système d’accroche au dos pour suspendre le présentoir au mur.

Et vous, avez vous déjà fabriqué un porte-bijoux? Qu’avez vous utilisé comme matériaux et outils? Avez vous le projet d’en faire un?

bijoux3

****

I recently had the chance to use a drill to make a thread organizer. I was hooked on the drill and decided to make my very own  jewelry holder.  Here is how itomake your own.

What you need 

  • A wood board  that will fit nicely on your wall or on your piece furniture. I used a rectangular one.
  • Some Freezer paper 
  • Masking tape (the one from the hardware store not the girly and pretty kind!)
  • A silhouette printed on regular paper 
    I chose a cute unicorn (design par Andrew McKinleye from the website The Noun Project)
    There are tons of silhouettes on  The Noun Project, most under Creative Commons licence. It’s really useful for all your DIY projects because  image can be downloaded in vector files.
  • a cutter
  • L shaped screws
  • a drawer handle
  • pencil and ruler
  • a frame hanger 
  • paint and painbrush
    I found some mini tester doses of paint which were perfect for the surface i needed to cover.  Of course spray paint or paint pens are handy as well.

You also need a drill and an iron.

bijoux-4

The 4 easy steps  

  • Decal the silhouette on your freezer paper and cut out the form with a cutter.
  • Place the freezer paper on the wood board and iron with care. Paint the silhouette.
  • The masking tape can be used as a stencil tool to form linear forms and silhouettes
  • Screw the drawer handle and L-shaped screws and you’re done !
  • You can add a hanging device at the back to hang to organizer up on the wall.

Have you ever made your own jewelry hanger? What materials and tools did you use? Please, leave a comment and let me know about your own tips and tricks! 

 

Vos papiers ! / Driving licence please!

Porte document en tissu

Mes papiers de voiture, permis et carte grise, étaient depuis 3 ans bien tassés dans une horrible pochette plastique remise par un garagiste au moment de l’achat du véhicule. Le machin horribilis qui me suivait partout tombait littéralement en lambeaux. Etait-ce bien là un objet digne de mon sac à main? J’ai donc fait un peu de tri dans es chutes et ressorti un morceau de molleton issu d’un projet de plaid et une doublure d’un manteau joli. Un petit bout d’élastique cordelette et un gros bouton ont fini le nouveau portefeuille pour auto. Dans un des battant j’ai même pu piquer un emplacement pour une carte de crédit et pour mes mini cartes de visite Moo. Je peux reprendre la route tranquille !

Pour ma carte grise et mon permis

I have used a plastic pouch for my driving licence and “carte grise” for the past 3 years. It was given to me by the garage guy when i bought the car. It was in a terrible state: the plastic was just falling to pieces. I finally made a fabric pouch. And the best part is i made a credit card compartiment plus one for my mini cards from Moo. I guess my car should say thank you !

Jour J / D-Day

Coudre m’aura appris plusieurs choses. La patience, la minutie, l’humilité, parfois la fierté. La couture m’a aussi appris, indirectement, à mettre un peu de créativité, autant que faire ce peut, dans le fil de ma vie.

Cet été, ma jolie petite fille a eu 6 ans, un âge symbolique. Pas tout à fait l’âge de raison, certes mais cet âge est pour moi la quintessence de l’enfance. Allez savoir… Pour marquer le coup, les cartes d’invitation à la fête (6 ans, 6  petites invitées!) ont été soignées et préparées longtemps à l’avance. Chaque carte postale était assortie d’une barrette-fleur, de couleur différente pour chaque invitée. Evidemment la demoiselle a participé activement à la conception et à la réalisation…

Je n’ai pas inventé ce petit truc-joli  mais me suis inspirée de cette carte (pour la saint valentin avec des sucettes plutôt que des barrettes), elle même inspirée de cette idée originale.

Voici comment je m’y suis prise :

  • Coudre une jolie robe à la fillette (modèle birthday dress de oliver + S, approprié n’est ce pas?).
  • Faire poser l’enfant dans la robette dans la position voulue, mains tendues. Prendre plusieurs clichés pour choisir le plus approprié au calme. Conserver la meilleure qualité possible en vue de l’impression.
  • Retoucher la photo selon vos souhaits. J’ai utilisé, comme à mon habitude, le logiciel libre Gimp.
  • Faire imprimer sous format carte postale. J’ai utilisé les services de Moo.
  • Fabriquer les barrettes. Les fournitures pour les fleurs en feutrine et la colle  viennent de la Droguerie.
    Les supports ont été achetés sur  Etsy en grand nombre.
  • Faire deux entailles dans les cartes postales et glisser les barrettes. Vous aurez compris qu’il faut calculer un minimum son coup pour que la distance entre les mains de l’enfant soit bonne.

Les cartes semblent avoir plu aux petites filles (et aussi à certaines de leurs mamans mais chut…)
A bientôt !

***

Sewing has taught me quite a few things. Among them: patience, humility, precision. Once in a while even pride.  But it has also taught me that i should and now can put a little magic and creativity in everything i do. Last summer my little girl turned 6. To me 6 is a very important birthday. It symbolizes the essence of childhood. Why? I’m not sure i know why but that’s how it is! As a consequence i wanted to make this birthday special. One of the things i wanted to do was to make beautiful invitation cards for the 6 little girls who were invited to the birthday party (6 years old = 6 guests and so on in our house). We figured it out a bit in advance, as these cards required a little thinking/creating/making. The cards represented my daughter handing out a big flower which was actually a hair pin. On the back was the text with the details for the party. I really think my daughter  enjoyed the whole process!

Here is how we did it:

  • First i made a cute little dress for my girl. I chose Oliver + S Birthday party dress. How appropriate, don’t you think ;o)
  • I took a few picture of the child, her arms stretched in front of her. Eventhough i had explained everything to my little girl, it was quite confusing for her.  I think she didn’t quite get it at this step of the process.
  • I used Gimp to make some alterations to the picture, add a little text on the picture too. Make sure to maintain the highest quality possible (pixels).
  • I created the actual postcard using the altered picture and adding a cute logo + text to the verso. I ordered the prints at Moo online. But i guess any  print services would work just as well.
  • I made the hair pins, different color for each guest. Materials for the flowers come from La Droguerie and Esy.
  • I made two tiny cuts in the postcard and slipped the pins into the postcards.

I was inspired by this valentine card (with lollipops), which in turn had been inspired by this original idea. Make sure to check them out!
Oh, and i almost forgot, yes the little girls who received the cards seem to have liked them. Actually some of the moms too !

Poignet / Wrist

Je porte peu de bijou. Mais quelques centimètres de biais liberty, est ce vraiment un bijou? Il m’a bien fallu un gros quart d’heure  pour faire ce petit bracelet mais c’est le voici déjà érigé au rang de breloque préférée de l’automne.

Fermoir et biais La Droguerie à Marseille / All materials come from La Droguerie in Marseille

I don’t usually wear jewels. But a few inches of liberty bias made me change my mind. It must have taken me a quarter of an hour to make this bracelet. Nevertheless i just declared it  my favorite piece this autumn.

La femme invisible / The invisible woman

On dira que je ne suis pas passée inaperçue ce matin, à Casto, dans mon pardessus rose franc de midinette. Même pas peur du type de la sécurité à l’entrée du temple de la bricole dont je pourrais jurer qu’il a failli m’arrêter pour me demander si je ne m’étais pas trompé d’endroit. “Ikéa, c’est le bâtiment bleu”, j’ai pu lire dans son regard. Oui, mais moi je suis venue pour l’artillerie lourde mon bon monsieur, de la pâte-à-colle Bostik, l’original, “dure comme la pierre”, ultra résistant 100kg par M2 pour colmater, réparer, sceller, façonner, efficace sur tous matériaux (sauf les plastiques polyéthylène et polypropylène), résiste aux hydrocarbures, étanche sans retrait ni dilatation, se peint, se lime, se ponce, se taraude. (Google, maintenant, mots clefs à l’appui, je compte sur toi pour élargir mon lectorat). Mais revenons à nos moutons :

Patron : magazine “Tendances Mode Burda” de mars 2010, modèle 101 B
Tissus : la maison des Tissus (Lyon, 9e)
Boutons : Mercerie Coeur (Lyon 9e)

J’ai zappé les poches plaquées (trop compliquées) et ajouté des poches latérales.
On avouera une légère galère au moment de la pose de la doublure,
mais le découd-vite est mon ami fidèle.

A noter si vous tentez ce patron: il taille plutôt petit.
(la taille 36 est finalement un peu juste pour moi).

Mais je ne suis sans doute pas la seule à avoir craqué pour ce modèle :
qui d’autre a tenté ce pardessus léger léger?

***

This morning, as i entered Castorama (french big hardware store) in my pink overcoat, it seems like i did not really fit in. It was mid-morning and all the customers looked like they were  plumbers or electricians. Well, that did not prevent me from spending time in the heavy-duty-glue-alley and wondering for some time over the choice of super strong”hard as stone”  pastes. But, let’s get back to sewing and clothe, shall we?

This light coat was made from a very nice pattern found in the magazine “Tendances Mode Burda” (french edition / march 2010). The lining was a bit difficult but think it was worth it. The fabric and buttons were bought from local stores in Lyon. If you plan on making this coat, beware: size 36 was a bit small for me. You might want to select a size up. If you’re making this coat, i’d be really interested in your feedback.

Lumière / Light

New look 6776. Tissu/Fabric : La Maison des tissus.

Je joue avec la balance des blancs de Gimp, je force sur la luminosité. J’ajoute un peu de rose poudré, histoire de faire semblant. Mais ce que j’aimerais vraiment ce serait de la lumière, le petit rayon de soleil orangé quand on sort du bureau, l’odeur de l’herbe au petit matin. Le printemps… En attendant, je me suis cousue une robe et j’écoute de la musique de fille. Le patron, New Look 6776, n’avait vraiment rien pour lui: ça fleure bon les années 80 et les bals de fin d’année américains. Mais qu’est ce qui m’est passé par la tête quand j’ai acheté ce patron? La coupe simple a du me sembler prometteuse. Et effectivement, en faisant abstraction du noeud-noeud et en choisissant bien mon tissu, je crois que je ne m’en sors pas si mal.

Et vous, arrivez-vous à faire abstraction des hooooorrrribles modèles présentés sur les pochettes de certaines grandes marques de patrons? Allez, je retourne mettre un pull.

***

I’m playing around with Gimp, white-balancing like mad, adding light and contrast here and there. A little bit of pink maybe? But honestly, now, i’d rather have spring make its full and bold appearance : the smell of grass in the morning, orange rays of light in the evening. Spring, you know, i can’t wait! Please, come now! Well, in the wait, i’m listening to girly music and i’ve made a cute summer dress. i have to admit pattern New Look 6776 isn’t very attracting : at first, it actually reminded me of prom nights in the 1980’s. But overlooking the ugly bow and terrible choice of purple fabric on the pattern enveloppe i was eventually able to spot the potential. But let’s be honest, i think it took some courage to buy this pattern…

How about you? Are you able to overcome disgust when looking at the patterns enveloppe featuring aweful models? The fit and overall shape is what matters, of course, but sometimes, isn’t it difficult to “imagine” what you could make of such patterns…?