Picture + Fabric

2009_11_orangeframe

Beaucoup de réflexion pour ces deux cadres.
Deux clichés que j’aime énormément, trouvés en brocante il y a quelques années.
Couper, ajouter du tissu, coudre un peu.

***

I love these pictures, bought a few years back at a garage sale.
A lot of thinking went into this pair of frames.
Cut, add fabric and a little sewing.

2009_11_orangeframe1

2009_11_orangeframe2

Photographe inconnu. Taganskaïa, URSS. Non daté.
Unknown phtographer. Taganskaïa, USSR.  Not dated.

Un jour / One day

jupette

Nous fêtions  ce week end les 5 ans de notre demoiselle.  J’avais pour l’occasion cousu une jupette très simple mais efficace (deux rectangles de tissu plus de l’élastique). Pour la fête, nous avions aussi confectionné quelques sacs assortis pour que les convives puissent repartir avec bonbons et petits souvenirs d’une chouette après midi. C’est la demoiselle qui a décidé que chaque sac serait unique, qui a, de fait, choisi l’ordre des bandes de tissu pour chaque pièce, qui a actionné la pédale de la machine à coudre tandis que je guidais l’aiguille, et qui, une fois la tâche accomplie,  a attribué à chacune de ses amies le petit sac qui lui reviendrait. Certes, tout cela a pris du temps (bien plus que de coudre, vite fait, les sacs moi même) mais le “processus” lui même avait un sens… comme c’est souvent le cas en couture!

jupette2

***
This week end was very special: we celebrated our daughter’s fifth birthday. I had sewed a classic and very simple twirling skirt for the occasion. We also made small fabric bags so that the children invited to the party could leave elegantly with candy and various treats. My daughter really participated in this : she’s the one who decided that every tote should be unique, consequently she chose the order of the strips of fabric for every piece, she managed the foot control on the sewing machine as i guided the fabric, and once we had finished, she even decided which bag would go to whom. Sure, it took more time than if i had made the bags on my own but i suppose that the whole process had a meaning… as it often does when sewing!

 

La couleur d’un prénom

On était venues pour acheter de la colle en bombe et une pince à écrou. Et puis on s’est retrouvées dans le rayon des pots de peinture. Tout ça parce qu’on avait transité par le niveau “Déco” de Leroy Malin et que de chouettes lettres en bois massif nous avaient halpaguées. “Prenez-nous, siouplaît, on sera mignonnes, pas un bruit, sages comme des images!” qu’elles miaulaient en coeur les enjoleuses… A fendre l’âme. Et comme on a l’âme déjà un peu fendillée, forcément, on a craqué.

lettres

Evidemment, après, il nous fallait un peu de couleurs pour nos nouvelles copines les consonnes et voyelles. Je reluquais avec envie les gammes “Marie Antoinette” et “Bohême” : bleu d’ombre, blanc loukoum, gris d’orage, rouge Garance, coquille-velours…  De la couleur chic, madame, pour les lettres d’un prénom joli.  Mais la demoiselle de 5 ans  qui m’accompagnait avait dans le même temps jeté son dévolu sur les tons de la série “Pop” : orange vif, jaune canari et rose bonbon. Tandis  que je me mangeais les cuticules en ruminant l’infâme alternative (insuffler luxe, calme et volupté dans notre chez-nous ou accepter le daltonimse invraisemblable de mon enfant), la gamine sortait de leurs petits rails tous les pots de vernis-bois-monocouche-spécial-extérieur, les brassant d’un geste ample avant de les fourguer à nouveau sur leur présentoir selon un algorythme mystérieux.  “Pourquoi tu fais les gros yeux?” qu’elle me lance la donzelle. Et de compléter par un insolent : “Tu vois bien, je range, parce que les gens du magasin, ils font rien que discuter !”

Alors, d’évidence, on prend l’orange, le jaune et le rose. Parce que cette môme a du tempérament, comme disent les grands-mères, et qu’on ne peut résolument pas écrire son prénom en gris-souris, taupe et marron-glacé…

A suivre:  l’opération colle en bombe parce qu’au départ, tout de même, nous étions venues pour ça…

***

We were there because i needed some spray glue. But we ended up in the paint alley of the hardware store. We actually got to the paint alley because we had just decided to take some delightful wood letters with us – they were stacked in the home decoration section and were crying out loud for us to buy them . It was almost unbearable. We were weak. We bought them. Of course, now we needed some paint. And so, we strolled along the paint alley. We could not leave those cute letters naked. I was just standing there, daydreaming in front of  hundreds shades of paint, wondreing if “storm grey”, “garance red” or “white loukoum” were good options. At the same time my daughter had decided to go for the flashy orange, the sunny yellow and, last but not least, baby pink. As my mind was struggling with this difficult alternative (go for the stylish and classy colours or accept my child’s colour blindness), the kiddo was taking out ot their rack all the wood-varnish-care-products-for-outdoors and carefully placing them back in some mysterious order.  She said to me: “Why are you looking at me like this? This needs somme tiddying up. The people who work here just talk and talk and talk.”

Alright then, we definitly should go for orange, yellow and baby pink. The kid has a strong personality (as grandmothers would say) : chestnut-brown, taupe and velvet-grey are NOT appropriate for this bold kid’s name.

Coming up : a projet with spray glue. That’s the reason we went to the hardware store in the first place, right!

Papier vole !

papier

Pliage de trois fois rien appris à noël de ma belle mère – qui passe de temps en temps par ici et que je remercie ! Idéal pour mon obsession des séries et des travaux manuels répétitifs. qui s’exprimait récemment, comme vous le savez, par des dizaines et dizaines de boutons dont je n’ai que faire…

Celle guirlande-ci est pour la chambre d’enfant et j’ai déjà une commande de ladite enfant pour sa maîtresse.  Je compte bien en faire d’autres pour mon coin couture, mon bureau, mes amies, etc. Allez j’y retourne, ça me démange…

Vert d’eau en fête

Ma tenue vitaminée pour le réveillon du 31 est terminée! Du violet, du vert d’eau, de l’orange : mais est-ce bien raisonnable toutes ces couleurs sur fond de crise? Allons donc ma bonne dame, soyons futiles tant que nous le pouvons encore.

noel

Tout à commencé avec un coupon d’Echino : violet, vert d’eau, orange et même framboise. Vraiment, ça peut se porter ce mélange de tons improbables? Et bien oui mais en petite touche au risque de passer pour un sapin de noël version moderne-chic de chez Ikéa. Le coupon Echino fut donc transformé en ceinture Obi. Elle est doublée en drap de laine orange vif et agrémentée de jolis rubans de velours.  Les pans de la ceinture se superposent, un des rubans passant par une fente de boutonnière.

noel2

Et puis, comme je l’aimais beaucoup ma ceinture Obi, il fallait bien quelque chose à mettre avec…
D’où la jupe. D’où la tenue de fêtes. 

noel3

La jupe est coupée dans un joli lin provenant du magasin-de-tissus-à-5-minutes-de-chez-moi (GMC à Charbonnières pour les lyonnaises). J’ai utilisé un patron de jupe de Stitch-mon-amour. Vous pouvez télécharger le patron gratuitement ICI. La coupe est parfaite, j’ai simplement ajouté des fronces au volant du bas et fait basculer la fermeture éclair du dos vers le côté. Comme d’habitude, passée la coupée, j’ai zappé toutes les explications.   

Et vous? Vous portez une jolie tenue maison pour le 31?