La couleur d’un prénom

On était venues pour acheter de la colle en bombe et une pince à écrou. Et puis on s’est retrouvées dans le rayon des pots de peinture. Tout ça parce qu’on avait transité par le niveau “Déco” de Leroy Malin et que de chouettes lettres en bois massif nous avaient halpaguées. “Prenez-nous, siouplaît, on sera mignonnes, pas un bruit, sages comme des images!” qu’elles miaulaient en coeur les enjoleuses… A fendre l’âme. Et comme on a l’âme déjà un peu fendillée, forcément, on a craqué.

lettres

Evidemment, après, il nous fallait un peu de couleurs pour nos nouvelles copines les consonnes et voyelles. Je reluquais avec envie les gammes “Marie Antoinette” et “Bohême” : bleu d’ombre, blanc loukoum, gris d’orage, rouge Garance, coquille-velours…  De la couleur chic, madame, pour les lettres d’un prénom joli.  Mais la demoiselle de 5 ans  qui m’accompagnait avait dans le même temps jeté son dévolu sur les tons de la série “Pop” : orange vif, jaune canari et rose bonbon. Tandis  que je me mangeais les cuticules en ruminant l’infâme alternative (insuffler luxe, calme et volupté dans notre chez-nous ou accepter le daltonimse invraisemblable de mon enfant), la gamine sortait de leurs petits rails tous les pots de vernis-bois-monocouche-spécial-extérieur, les brassant d’un geste ample avant de les fourguer à nouveau sur leur présentoir selon un algorythme mystérieux.  “Pourquoi tu fais les gros yeux?” qu’elle me lance la donzelle. Et de compléter par un insolent : “Tu vois bien, je range, parce que les gens du magasin, ils font rien que discuter !”

Alors, d’évidence, on prend l’orange, le jaune et le rose. Parce que cette môme a du tempérament, comme disent les grands-mères, et qu’on ne peut résolument pas écrire son prénom en gris-souris, taupe et marron-glacé…

A suivre:  l’opération colle en bombe parce qu’au départ, tout de même, nous étions venues pour ça…

***

We were there because i needed some spray glue. But we ended up in the paint alley of the hardware store. We actually got to the paint alley because we had just decided to take some delightful wood letters with us – they were stacked in the home decoration section and were crying out loud for us to buy them . It was almost unbearable. We were weak. We bought them. Of course, now we needed some paint. And so, we strolled along the paint alley. We could not leave those cute letters naked. I was just standing there, daydreaming in front of  hundreds shades of paint, wondreing if “storm grey”, “garance red” or “white loukoum” were good options. At the same time my daughter had decided to go for the flashy orange, the sunny yellow and, last but not least, baby pink. As my mind was struggling with this difficult alternative (go for the stylish and classy colours or accept my child’s colour blindness), the kiddo was taking out ot their rack all the wood-varnish-care-products-for-outdoors and carefully placing them back in some mysterious order.  She said to me: “Why are you looking at me like this? This needs somme tiddying up. The people who work here just talk and talk and talk.”

Alright then, we definitly should go for orange, yellow and baby pink. The kid has a strong personality (as grandmothers would say) : chestnut-brown, taupe and velvet-grey are NOT appropriate for this bold kid’s name.

Coming up : a projet with spray glue. That’s the reason we went to the hardware store in the first place, right!